avril 22, 2019

Login to your account

Username *
Password *
Remember Me

Create an account

Fields marked with an asterisk (*) are required.
Name *
Username *
Password *
Verify password *
Email *
Verify email *
Captcha *
Reload Captcha

Création


Le cinéma d'Amateurs au Maroc, palpable depuis plusieurs décennies, à travers une pratique individuelle, va voir apparaître le nom de Mohamed Ousfour comme figure de proue. Après plusieurs tentatives de la diffusion de la culture de la création filmique des amateurs, ce n'est qu'avec les apports de la technologie numérique qu'il va connaitre un véritable essor. La FMCAM en est l'émanation.
Image
Avant « Le fils maudit » de Mohamed Ousfour en 1958, considéré comme le premier film marocain, son réalisateur avait réalisé dès le début des années quarante des films en tant qu’amateur… Et malgré la progression qu’a connue le cinéma marocain professionnel par la suite, aucun mouvement durable propre aux amateurs n’a pu émerger.

Même si le terme « cinéma d’amateurs » provient des année vingt et malgré l’évolution en nombre et en qualité de la production cinématographique nationale, aucun groupe ne s’est constitué et organisé pour promouvoir le cinéma d’amateurs au Maroc comme c’était la cas en France depuis 1932 et en Tunisie en 1962. Et en Algérie en 1978.

Un nombre inconnu d’amateurs a certainement existé à travers le Royaume , mais il n’a cependant pas laissé de véritables traces… D’autres clubs et associations ont essayé de travailler sur le cinéma d’amateurs sans pouvoir faire long feu. Le Festival du cinéma d’Amateurs d’Azemour en 1984, organisé par l’association 7ème Art de Rabat, en était l’initiative la plus importante.
Avec le développement de la technologie numérique, les nouvelles générations de marocains ont commencé à manifester un intérêt sans cesse croissant pour l’image et l’écriture dramatique et se sont retrouvés dans des manifestations qui leur ont été ouvertes notamment à travers celle consacrées au film éducatif de Fès et Casablanca, « Jeunes talents » de Tanger et la compétition en marge du Festival du cinéma marocain de Sidi Kacem… Mais certaines de ces initiatives étaient passagères, le reste étant resté confiné dans des limites géographiques ou thématiques ou est resté dans la marge.

C’est en 2007 qu’est apparu le premier festival national totalement consacré à la création filmique des amateurs avec un concept riche et cohérent, englobant la compétition, la formation et des activités artistiques et intellectuelles complémentaires… Son influence est telle qu’elle a vu déferler un nombre important de festivals au point qu’aujourd’hui, la moitié des festivals de cinéma soutenus par l’état, sont ouverts aux films d’amateurs… Chose qui a permis au Maroc d’avoir un véritable mouvement du cinéma d’amateurs avec une production régulière et des noms connus de cinéastes en herbe qui persévèrent à appartenir à l’espace des amateurs et d’importantes opportunités de formation.

Dès l’émergence de cet espace consacré au cinéma d’amateurs, le débat était entamé autour de l’idée de créer un cadre national pouvant rassembler et mieux organiser les le potentiel dispersé des amateurs… Ce n’est qu’en 2014 durant la 8ème édition du festival de Settat que les intentions se sont éclaircies et à partir de 2015, une commission préparatoire a été élue, durant la 9ème édition du même festival, pour préparer l’assemblée générale de création et les projets de textes organisant le cadre tant attendu.

Le 28 janvier 2017 l’assemblée générale de création a eu lieu au sein des annexes du CCM et c’est ainsi que la Fédération Marocaine du Cinéma d’Amateurs est maintenant une réalité tangible.